« Nous sommes la République. »

Opsa Deheli [de fuite]

Soirée de Soutien aux expulsés

Parce qu’il nous est primordial de fuir un quotidien qui place inexorablement dans des questionnements et des problématiques egocentrés ; les soirées comme celle du 28 août nous propulsent dans les bienfaits de la fraternité, de l’altruisme et du Vivre Ensemble.

Parce qu’il nous est primordial de fuir le nauséabond des décisions politiques qui régissent notre ville ; soutenons le Collectif Migrants de Bordeaux qui s’évertue à faire entendre la voix des oubliés.

Les contres pouvoirs viennent de la rue, ils ont été façonnés par la réalité. Par la musique ou par des actes plus pragmatiques, Opsa Deheli et le Collectif Migrants de Bordeaux luttent, avec leurs armes (flashball proscris), contre ceux qui s’accaparent et ternissent le triptyque républicain. 

« Je déteste la politique, la musique est un échappatoire » A .Cooper

Les poches vides et la ceinture serrée ; l’ailleurs reste de l’ordre du fantasme. Heureusement qu’il y a la musique, expérience accessible à tous qui se rie des frontières, pour nous immerger dans des voyages sensoriels. En ébranlant nos représentations ethnocentrées, les découvertes musicales décentrent et replacent au sein d’un tout dénué de ressentiments négatifs.

 

En cette soirée de fin d’été, Opsa Deheli nous a embarqué dans une joyeuse traversée empreinte de solidarité et de partage.

Une partie de la recette de la soirée a été reversée au Collectif Migrant de Bordeaux.

L’émulation collective des 13 musiciens one fire s’est propagée sur l’ensemble des personnes réunies. Dans l’union de la danse, les corps communiquèrent avec légèreté. Alors que certains fermaient les yeux pour se laisser envahir par les sonorités d’ailleurs; d’autres, sourires radieux au bord des lèvres, s’échangeaient des regards complices. 

Ce fut une véritable projection dans la beauté des sonorités du monde. L’énergie scénique donna « une âme à nos cœurs et des ailes à {notre} pensée » (Platon). 

Sur ce radeau où l’on s’amuse, la pensée, libérée, navigua avec allégresse entre les rythmes frénétiques de la fièvre balkanique, le tempo entraînant de l’Amérique latine et le caractère exaltant de la musique orientale.

 

Capture d’écran 2019-09-17 à 20.33.35

En cette fin d’été gâchée par des décisions politiques dénuées de bon sens, une énergie solidaire et fraternelle a rempli le hangar de Darwin. Sous le regard déterminé et protecteur de l’imposant César, nous furent réunis pour une soirée de soutien aux expulsés. Une quête plus que légitime dans un pays qui se veut le garant des Droits de l’Homme.

« Histoire qu’on rende les sous à ceux qui vivent vraiment la crise. » Odzie and the Newtones

After a while crocodile.

JJG. ♘

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :