Danser

Septembre…L’été nous offre ses dernières vibrations. Les jardins sont encore en fête, la musique s’échappe jusqu’au bout de la nuit et les pas de danse tournoient, virevoltent, se mêlent et s’entremêlent. Tonie Medeville est une femme qui aime l’ivresse de la vie, elle a l’audace de la liberté, la force des sentiments, la folie de l’amour. Elle écrit avec douceur et de sa voix suave nous raconte des histoires. Et parfois, le vin arrose la page, les mots se disent avec vérité, puissance et nous percutent en plein cœur.

De son lien à l’écriture, elle dit ceci:

 

Ecrire, c’est d’abord se promener, envisager un chemin où les mots
surgissent pour exprimer le ressenti. Ecrire, c’est aussi ouvrir une
porte, et, comme libérée, entrer dans l’imaginaire, le possible de
l’impossible. Cependant, accepter la méthode, mais avec
suffisamment de complaisance pour qu’elle n’empêche aucunement
l’audace.

Patrice joue de la guitare, depuis l’adolescence. Il nous offre souvent
des jolis moments quand nous nous retrouvons à plusieurs dans sa
maison. Des chants, des danses, la musique nous propose alors de
partager, de savourer, accompagnés bien souvent d’éclats de rire, et
d’improvisations parfois scabreuses. Nous tournoyons sans les codes.

Ce guitariste ami est un fan de Carlos Santana, et quand je me
déhanche comme si j’avais quinze ans, soixante ans ou cent ans (cela
dépend de l’heure avancée dans la soirée), j’accepte le voyage, la
lumière offerte qui vient recouvrir le présent d’amitié et mettre aux
oubliettes les tristesses et douleurs du chemin.

Sont privilégiées alors la douceur, la joie, les fenêtres s’ouvrent et je
peux me saouler du vent du soir.

bordosmose-2019-by-atmen-studio-269

Les échanges ont la couleur du sourire, et j’accueille les rythmes avec
mon corps, avec mon âme aussi. Cela ressemble à l’amour, celui qui te
donne envie de t’envoler. Danser, devient alors une porte ouverte sur
la liberté, celle dont tu rêves pour toi mais surtout pour l’humanité
entière. Oui, car danser est depuis l’origine l’expression de la
rencontre. Celle qui se passe des mots, des phrases apprises et
oubliées, des paroles convenues et vite dépassées.

Danser, c’est se retrouver soi-même et rejoindre l’autre,
communiquer des sentiments, de peine ou de joie. Les enfants le
savent très vite. J’ai quinze ans quand je danse !

Tonie Medeville

Peinture La vie de Marc Chagall

📷 Atmen Studio

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :