Discotake du 24 au 26 Mai

 

Pour sa première édition le festival Discotake nous propose de partir en aventurier sur les rythmes de la musique populaire des années 50 à aujourd’hui, d’observer ce qu’elle fait émerger en nous et se demander comment la mémoire collective en est imprégnée. Le festival est porté par la compagnie Ouvre le chien « dont la vocation est le recyclage in vivo d’utopies contrariées » et par le metteur en scène Renaud Cojo, passionné depuis toujours par le théâtre qu’il pense subversif, engagé et profondément humain.

A travers l’art, son objectif est de :

Soustraire au champ de la représentation, une série organique d’événements liés par la mécanique fantastique et la complexité d’être au monde, dans son désordre magnifique, sa révolte sourde.

Discotake a pour ambition de faire corréler la musique mémorielle et le geste artistique, ainsi le festival propose différentes performances crées pour l’occasion par des artistes, metteurs en scène et comédiens à partir d’albums de musique emblématiques tel que L’Ecole du Micro d’Argent de IAM (1997), Suicide de Suicide ( 1977) ou encore Je m’aime de Megnumi Satsu (1980).

unnamed (1)

Dans le cadre des écoutes chez l’habitant, j’ai passé la soirée chez Marion qui nous a fait partager son « album doudou » : Dirty Dancing ! Grâce à son énergie débordante et à son art de la dramaturgie, nous avons revécu chaque scène du film culte des années 80 et nous nous sommes remémorés des répliques aussi délirantes qu’absurdes comme :

Johnny tu ne peux pas courir après ta vie comme après un étalon sauvage.

La musique fait émerger des souvenirs… Pour Vanessa, cet album lui rappelle avec émotion son premier baiser d’adolescente. Quant à Marion, elle nous raconte la scène cocasse de son mariage où ses copains lui ont fait vivre un porté digne de celui de Bébé et Johnny. Avec son air malicieux et téméraire, elle nous dit alors :

Le punk n’a rien inventé, on doit tout à Dirty Dancing!

unnamed

Un verre de vin en entraînant un autre, chaque participant partage une musique de son choix et fait un clin d’œil à son enfance, son adolescence, sa jeunesse. On passe de Blur à Flavia Coelho, de Queen à Creedence, de Kid Loco à Ismaelo et j’en passe… Quand Serge dans un moment de faiblesse nous met un morceau de Sylvie Vartan et Johnny Halliday, Vanessa lui lance avec humour : Serge, vous déconnez à plein tube !

Quelle jolie idée que de proposer à des personnes qui ne se connaissent pas d’écouter de la musique ensemble et de partager leurs émotions, leurs sensations, leurs souvenirs.

Aussi, tout au long du weekend, nous pourrons assister à des rencontres et à des conférences autour de la musique et de sa place sur un plateau de théâtre, s’immerger à nouveau dans la musique de David Bowie en assistant à un cover-concert porté par le groupe Aladdin Insane qui rendra hommage à l’album très singulier Blackstar qui à l’époque se dévoile comme un adieu, et enfin se retrouver dimanche matin sur le parvis de la salle des fêtes du Grand Parc pour un vide-disque où vous devriez dénicher des petites merveilles…

Bon weekend en musique !

Carole Renouf

📷 L’équipe Discotake

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :