Aux livres, citoyens!

« On lit comme on aime, on entre en lecture comme on tombe amoureux: par espérance, par impatience. » Christian Bobin

_1120806R

Le premier week-end d’avril se tenait l’escale du livre, grand rassemblement autour de la lecture, de l’écriture, de la bande dessinée et surtout de l’imaginaire. Sur mon chemin, dans les allées bordées de maisons d’édition et de librairies indépendantes, des femmes, des hommes, des enfants avec la même soif de découvrir les mots, l’univers, les profondeurs d’un auteur, d’une autrice.

Alors que les écrans envahissent nos espaces individuels et collectifs, nous plongeant dans une passivité intellectuelle, je nous propose de sentir le papier d’un livre, de toucher le papier d’un livre, de froisser le papier d’un livre car quand il y a du mouvement, il y a de la vie.

On plonge dans une histoire comme on part en voyage et c’est tout un monde qui s’offre à nous. Les mots n’ont pas de frontière, la langue est libre, la poésie subversive. Certaines traversées sont plus paisibles que d’autres. Certaines routes paraissent sinueuses. Et la littérature dans sa puissance évocatrice nous révèle parfois à nous-même. Il y a des histoires qui résonnent avec notre histoire, des personnages qui pourraient être un peu toi, un peu moi. Et nous nous rencontrons. Et bien sûr, il y a des contes et des fables qui réveillent nos âmes d’enfants, cette petite lumière endormie trop souvent à l’aube de la maturité. Soyons des enfants insouciants et révoltés, émerveillés et engagés. Faisons-nous la promesse de ne pas accepter l’inacceptable, de ne pas nous taire quand il faudrait dire notre force, de ne pas fermer les yeux quand le monde entier devrait regarder ce qui se passe.

Le livre est notre ami, il nous accompagne dans notre solitude. Il ouvre le spectre de tous les possibles, de tous les enchantements. De lui naît aussi la pensée, celle qui empêche le formatage et l’annihilation. Il nous rend notre pouvoir d’être, d’agir et de conscience.

« Vous pouvez vivre trois jours sans pain. Sans poésie jamais! Et ceux qui disent le contraire se trompent: ils ne se connaissent pas. » Baudelaire

Je nous souhaite à travers nos lectures de goûter au rêve et à la beauté.

_1120802R (1)  _1120800R

Carole Renouf

📷 Ambre Gómez

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :