Un jour, l’Afrique

 

29542295_1811678615793283_5874703387908093922_n

 

L’Afrique…elle me berce depuis l’enfance. Combien de fois ai-je demandé à mon père de me raconter son épopée à travers le Sahara ? Je me souviens de cette photo sur laquelle il regarde le soleil décliner dans un désert qui s’étend à perte de vue, vers l’horizon aux fragments ocres et mordorés. Mon voyage commence peut-être avec cette photo. Longtemps je me suis imaginée la terre de nos ancêtres, j’ai écouté les voix qui me content l’histoire de notre humanité, j’ai rêvé les visages, j’ai espéré les regards profonds et sages.

A l’adolescence, mes amis viennent de France, du Gabon, du Tchad, du Togo. J’ai grandi avec leurs langues, vives et sans complaisance, avec leurs corps qui dansent, avec leurs sourires qui caressent. Et puis un jour, je suis partie.

Le chemin d’initiation est celui de la connaissance de soi-même. Un chemin d’apprentissage, de conscience et d’éveil.

L’Afrique de l’Ouest. Le Bénin. Ouidah, bercée par l’océan Atlantique. Un seul instant suffit pour respirer la chaleur de ce pays et sentir les vibrations d’un sol qui se craquelle et qui pulse. Nous prenons le bus. La nuit s’installe et les silhouettes se dessinent telle des ombres en mouvement, au bord de la route éclairées de bougies et de feu de camp. Je devine déjà les couleurs et les odeurs. A mon arrivée au centre culturel et artistique, une cérémonie se déroule, celle du phâ qui nettoie. Ils sont vêtus de blanc et dansent au rythme des percussions.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Elle est belle Ouidah, recouverte d’une poussière scintillante, parsemée de palmiers nonchalants qui ondulent sous la brise du vent, d’une torpeur qui invite à la sieste et d’une pluie torrentielle qui lave les corps. Ici, le temps est suspendu, une langueur infinie ronronne comme un chat. Je m’imprègne de cette lenteur, je la savoure. Elle est douce. C’est une somnolence qui me cueille alors que l’oracle guide les initiés pour trouver l’harmonie avant les débuts d’une cérémonie.

L’essentiel du vaudou, c’est la danse, la musique et le chant. Et le partage.

727-Benin_AF_02-2018-6926

754-Benin_AF_02-2018-6988

Sous un soleil cuisant, j’observe l’impalpable. D’apparence, il ne se passe rien. Quelques personnes changent de place, d’autres en cherchent une. C’est un joyeux vacarme qui semble nous dire que, bientôt, ça va émerger. Dans la musique, des ondulations, des transitions, des vibrations. Le temps s’étire comme une attente suspendue puis s’accélère et se déchaîne. Ils arrivent de toute part, des hommes, des femmes, des enfants. Ils chantent, ils rient, ils frappent dans leurs mains. Ils s’emportent les uns avec les autres. Le rythme des percussions s’intensifie, palpitent les battements de cœur. Un fragment de seconde et tout se chamboule.  Dans la pénombre du temple, ils ont sacrifié une chèvre. Un cri. Une femme en sort. Elle danse, danse et danse encore jusqu’à la transe. Entre ses dents, la chèvre morte pèse de tout son poids. Elles tournoient ensemble, virevoltent, font corps à corps. Après elle, un homme et toujours la chèvre. Sa blessure qui saigne dans sa bouche à lui. Le sang se fait témoin de quelque chose qui me dépasse. Puis une petite fille, qui rampe au sol comme un animal sombre et menaçant. Autour d’elle ils sont nombreux, ils chantent fort, de plus en fort. Ils sont une matrice. Un corps indivisible. Entité porteuse d’un mystère qui me fascine.

La danse est une prière, la chanson est une prière, la musique est une façon de prier.

98-Benin_AF_02-2018-5453  110-Benin_AF_02-2018-5482

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La nuit s’invite à nouveau, enveloppante. Au loin, j’entends des voix. Le souffle du vent me dit-on. Je ne pose pas de question. Je me laisse bercer par la beauté de l’invisible. Je redeviens cette enfant qui écoutait les histoires de son père parti un jour en Afrique.

Après mon voyage, j’ai interviewé Vincent Harisdo. Il nous parle du vodou..

Ecoutez, c’est passionnant !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

Carole Renouf


📷 Alain Forgeron & Carole Renouf

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :