Gang !


 

 

Entre Be One The Vision et Holl France il n’y a pas de question d’argent. Ça ternit les rapports humains. Retournons aux échanges fondamentaux ; ceux qui font appel à la simplicité du moment et qui sont dénués du désenchantement consumériste. Outre le Gabon, notre passion commune pour la culture hip-hop et notre volonté de réveiller la belle endormie nous rapprochent et scellent notre soutien réciproque.

« Les grands esprits se rencontrent » rue Buhan.

Cette collaboration est née au local d’Holl France. En fond sonore : Yudimah cet artiste dont on ne se lasse pas. Sur la table : un paquet de bonbons qui piquent. Voilà une bien bonne manière de se rencontrer, de partager et d’échanger autour de projets communs. C’était bref et intense.

Dans une ville maxi bobo, qui subit une gentrification massive (il suffit de faire un tour à St Mich un dimanche matin pour s’en rendre compte) souvent qualifiée de prétentieuse et sectaire, l’idée est de créer des ponts entre les différents univers artistiques.

L’union fait la force.

L’officialisation de notre partenariat s’est déroulée le samedi 2 février dans l’incontournable cave du Void, lieu emblématique bordelais du son alternatif.

void

L’ambiance était à la hauteur des attentes : chaude de ouf !

La team de BOTV avait tout mis en œuvre pour faire kiffer les artistes et leur public. L’énergie positive qui circulait dans la cave était palpable. Ça gigotait dans tous les sens, ça fermait les yeux pour vivre intérieurement les sons, ça portait au coin de la bouche un sourire figé par le plaisir du moment, ça rigolait entre potes…bref, c’était « un samedi soir sur la terre » comme on les aime.

Même les transitions entre les sets bombardaient : des impros plus qu’efficaces et un beatboxer subjuguant.

presentateur

Ça s’enjaillait sec.

L’arme d’enjaillement massive n’était autre que le Hip Hop. Cette culture, issue de la banlieue, est un véritable vivier riche en talents endurcis par les expériences et venus de toutes les horizons. Ici on s’exprime avec le coeur. C’est dénué de fioritures, c’est brut, c’est puissant, ça va « droit au but » (référence à l’OM même si JJG supporte les marines et blancs – Odzie c’est le foot-)

Le Hip Hop, comme le graff, teste et innove en évitant ainsi de rester enlisés dans des vieux carcans déprimants.

Le Hip Hop c’est également le goût du crew, du convivial et de la sincérité.

Tout à fait ce qu’on peut dire à propos de notre artiste coup de coeur de la soirée : Jacky Parker, aka Jacky P.

52130140_806836316336524_377424730786889728_n.png

Ce golgoth de 1m95 pour 120kg en impose autant par sa charrue que par son assurance, sans oublier son charisme.

Pour notre plus grand bonheur, son rire communicatif résonne dans le local rue Buhan car Jacky fait partie de la team Holl France.

GANG !

 

L’atypique DJ : double Bug.

51907577_2275430586062577_2398288744286257152_n

Son t-shirt Slipknot rappelant l’âme du lieu. Ce lieu où on buvait des bières en fumant des clopes avec les copains skateurs pendant les concerts de punk (Guérilla Poubelle, Nina’s school, Brain Shake…) quand le Void était alors Heretic.

Sa démonstration vocale à la fin du set nous a tous cloué. Les paroles sont d’ailleurs restées dans nos tête jusqu’au bout de la nuit.

52328298_610126129399284_4101799737408094208_n

 

Jacky SURVOL le game.

51725344_636944266756187_8804633616215703552_n

 

Détendu, il aspire tellement à la sérénité qu’il fait retomber la pression accumulée de la semaine. Avec son esprit habité et sublimé par Marie, comme la plupart d’entre nous ; Jacky régale. On a envie de le réécouter encore et encore ; que ce soit affalé sur son canap, sur « la route de Memphis », ou sur le dancefloor de n’importe quel appartement.

 

MRC le sang.

Par contre Jacky… ! Quand tu nous dis :

« C’est par la musique que je respire », on n’est doute pas.

« Ma seule drogue c’est la musique », permet nous d’émettre un doute.

 

Cette surprenante nuit a participé à l’écriture de l’histoire de la culture underground bordelaise.

Cerise sur le gâteau, on a croisé Odzie et Jafly avec qui on a partagé un godet au Titi Twister.

titi twister

La nuit est un moment particulier. Aussi particulier et intrigant que les animaux nocturnes. J’aime la nuit, ce moment de tous les possibles. La lumière baisse et tu te libères, souvent aidé par ce que prône Jacky P. Après le coucher de soleil, ton côté dark ressort et tu t’en « lave(s) les mains » comme te le conseille le regretté Alain Bashung.

JJG.

 

 

📷 Ambre Gomez

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :