Cérémonie de clôture : Bordeaux Clip Festival


« On veut vivre nos rêves, voir nos vies virer à l’idyllique »

Tel était le leitmotiv de cette soirée haute en découvertes et surprises. Une belle brochette d’artistes indépendants bordelais était réunie pour vivre un moment de reconnaissance mérité.

Qu’il est difficile aujourd’hui de vivre de son œuvre. Rien qu’à l’adolescence on nous bride. On nous rabâche que les filières scientifiques (que je dénigre nullement) sont mieux que les filières littéraires, que les études d’art, de sociologie, de philosophie ne sont que perte de temps car elles ne  débouchent pas sur un (soit disant) ‘bon’ métier qui te résigne à une existence dénuée de saveurs et te fait « attendre le weekend pour t’enfuir ». Bonjour tristesse.

Les artistes présents en cette soirée de 14 décembre aspirent à autre chose, quelque chose qui les transcende, qui les sort de l’humaine condition pour les hisser dans le champ des possibles où ils peuvent gambader en total liberté.

bdx clip festival 3
Ce besoin de s’échapper d’une réalité qui accule est induit par un contexte particulièrement étouffant. Nous faisons partie d’une génération qui subit une crise identitaire majeure. Je balaye ici d’un revers de main l’utilisation nauséabonde du concept d’identité. Le sens d’identité est plus philosophique : il est difficile de se trouver en tant qu’individu, de se connaître soi-même. L’art permet de fait ressortir les sentiments qui nous animent intérieurement. L’art exorcise.

Outre cette fonction de recherche et construction identitaire, l’art possède la faculté de créer du lien. Dans cette société contradictoire où on n’a jamais autant « partagé » via les réseaux (pouloulou) qui entretiennent des liens virtuels ; le Bdx Clip Festival a créé un moment unique de rencontres physiques et psychiques.
Les interactions pendant cette soirée, les projets qui vont en découler, c’est ça qui font de cette première édition une réussite.

sans titre-5
Comme toutes les premières fois, ce n’était pas parfait. Les premières fois sont toujours ponctuées de moments gênants, d’approximations, de failles. Oublie d’enveloppe,  problèmes techniques, attente de parrains qui ne viendront pas…engendrèrent donc un climat propice aux rires dubitatifs. Finalement, toutes ces petites imperfections on donné du charme à cet instant novateur.

Un instant qui restera « gravé dans la roche ».

Ce fut un moment d’effervescence générale, de communion. Une parenthèse gratifiante pour les artistes qui gravitent autour de la mise en image d’un son, d’un texte, d’une interprétation.

Voir son clip sur grand écran, avec un public, quelle apogée pour un projet individuel et collectif !

sans titre

Pendant cette cérémonie, on est passé, sans transition, d’un univers à un autre ; d’une folie volatile à une ode à l’« idyllique », d’un darkness esthétisé à une animation colorée, d’un boys band qui nous replonge dans les années 2be3 à une éloge émouvante de la paternité. Bref, on a eu la chance de vivre 25 histoires, 25 points de vue, 25 démarches artistiques tout en étant confortablement installés dans les fauteuils rouges de ce lieu empreint d’histoire.
On a ri, on a chanté, on a gigoté, on est resté suspendu aux lèvres de ceux qui mettent des mots sur les maux de notre société et on a été projetés dans un très large panel d’images, de couleurs et esthétismes.

 


  • Mes trois coups de cœur :
Columbidae – Le Bail

L’utilisation de l’absurdité comme soupape, qu’elle bonne idée. La justification de ce choix instinctif lors de la remise du totémique trophée n’en n’était pas moins délicieuse : « une après-midi de grisaille on a filmé [ce qu’]on appelle les rats des villes, [moi] je les trouve hyper séduisants ».

Je pose mon like.

//

Le Peintre et le Poète – Miniman

Voilà une chanson et sa mise en image qui ont particulièrement bien illustré le fait que quand les arts se mélangent alors tous les sens se mettent en éveil. Parfait combo entre Douze et Miniman qui démontrent parfaitement le lien profond qui unit et soude les arts de la rue.

A cet égard je vous conseille vivement de vous intéresser au talentueux Nasti. Cet artiste bordelais habille notre belle endormie de ses graffs plein de profondeur qui restent à jamais gravés dans notre tête en dans notre cœur.

Je pose mon like.

//

Idyllique – Odzie & The Newtones

Cette ode à la liberté, celle d’aller au bout de ses rêves, devrait être écoutée par tous les artistes indépendants qui doutent. Ceux qui sont à deux doigts de se perdre en mettant leur art de côté pour ne pas crever de faim. Rappelez-vous bien ce que Jean-Jacques Goldman rabâche énergiquement : « J’irai au bout de mes rêves ».

Trêve de plaisanteries, ce clip mérite d’être connu. Ses paroles frappantes de sincérité et de justesse sont idéalement imaginées et imagées par Hood.mov. Il nous plonge dans un monde onirique envoutant digne du 7ème art.

Je pose mon like.


 

Ne nous baladons plus dans les rues de Bordeaux sans nous dire que derrière les murs ou dans les caves les plus humides se cachent des monstres de talent.

Une phrase à retenir : « on l’a fait avec le cœur »

Merci à tous pour la pureté, la générosité et l’honnêteté artistique dont vous faites preuve. En espérant que la mairie, qui peut se targuer de posséder un vivier de talents diversifié et prometteur, tienne sa promesse en débloquant un fond pour permettre à tous les artistes qui gravitent autour d’un clip de vivre de leur passion tout en nous vendant du rêve.

J.J.G.

 

📷 de Robin Besse et Valy D.

 

Petit bonus, notre rayon de soleil de ce mois de décembre :

Numero 1. La vie c’est le plus beau cadeau – X Daddy

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :