Rencontre : Jacky Parker


La ville de Bordeaux voit de nombreux artistes grandir et évoluer en son sein, Jacky Parker en est l’exemple et on a eu l’occasion d’échanger quelques mots : 

PHOTO-3-ConvertImage

« 

Holl France : Salut Jacques, c’est un plaisir de te rencontrer !
Jacky P., Jacky Parker, … qui es-tu donc ? et d’où t’es venu ce nom ?

  Jacky Parker : Ben en fait, c’est tout con, à la base j’ai toujours trouvé mon prénom un peu long (Jacques-Patrick), du coup je suis parti de mes initiales (JP) pour trouver mon nom de scène. J’ai donc transformé mon premier prénom en Jacky, puis le Parker vient du fait que j’aimais bien Tony Parker, et qu’il porte le même numéro que ma date de naissance. C’est devenu mon pseudo et c’est resté depuis.

H.F. : Depuis combien de temps as tu débuté le son ? Comment es tu arrivé dans le milieu hip-hop ?

J.P. : J’ai commencé à vraiment rapper depuis 2015, peu après mon arrivée à Bordeaux. Avant j’étais beaucoup pris par les cours, mais quand je suis arrivé en école de commerce j’ai eu plus de temps pour moi. En parallèle j’ai commencé à fréquenter les milieux hip-hop de bordeaux vu que je m’y intéresse beaucoup et au fur et à mesure l’envie de partager ce que j’avais dans la tête m’est venue. Du coup le déclic est arrivé progressivement. Les premiers sons que j’ai sorti son avec des potes, Anthony, et puis Hakim et puis j’ai vraiment commencé à kiffer donc les projets ont suivi.

 

 

H.F. : Ton premier EP ‘Oxyjeune’ s’essaye à plusieurs styles : pure trap avec ‘Numéro 23’, plutôt chill sur ‘Dreamville’ ou des morceaux plus instrumentaux comme ‘Apéro Bordelais’, … Un peu touche à tout ?

J.P. Le premier EP Oxyjeune était un opus assez expérimental dans lequel je cherchais encore ce qui me correspondait comme style musical. C’est la raison pour laquelle il est finalement assez éclectique. J’aime rapper sur les instrus qui m’inspirent quelques chose, je ne choisis pas forcément le style de prod en premier. Pour Apéro bordelais par exemple, j’ai pris une face B de Guizmo du titre « Normal » parce que ça m’avait vraiment parlé et j’ai directement pu visualiser ce que je voulais faire la dessus. Par contre sur le prochain projet il y aura une plus grande cohérence dans les prods vu qu’elles ont toutes été faites par le même beatmaker (Mysta Walker) et que j’ai mieux trouvé la voie musicale que je voulais suivre.

H.F. : Tu as un style très ‘à l’ancienne’ sur quelques titres (tu m’as même fait penser à Doc Gyneco) mais sur d’autres tu adoptes un flow bien plus actuel. Quelles sont tes principales influences dans le rap en général ?

J.P. : En général j’écoute énormément de rap US, beaucoup de rap français et plein d’autres styles pour avoir des sources d’inspiration différentes. L’un des artistes qui m’influence énormément et qui est mon artiste favori par ailleurs est Wiz Khalifa. J’adore sa façon d’utiliser sa voix dans les refrains et d’enchaîner avec des couplets rappés en mode un peu « wavy ». J’apprécie aussi beaucoup toute la nouvelle vague de rap US (lil Uzi Vert, Rich the Kid, Famous Dex, etc.) pour l’énergie de leurs shows. C’est aussi vrai que j’ai un penchant pour du rap chill, voire nonchalant (d’où la référence à Doc Gyneco sûrement), mais j’aime aussi les prods plus trap et l’utilisation d’autotune style Migos. Par ailleurs il y en aura dans pas mal dans le projet, en rapport avec la cohérence des instrus dont je parlais précédemment. En rap français, je kiffe beaucoup Alkpote pour ses multi-syllabiques, Josman pour sa plume, Alpha Wann pour son flow. Je pourrai en citer tellement mais bon…!
J’ai peu été influencé par le rap à l’ancienne paradoxalement mais j’en ai écouté beaucoup pour forger mes bases musicales et avoir une meilleure approche du story-telling.

46479353_189376075334776_8260932383365136384_n

H.F. : Tu as teasé ton prochain EP ‘Survol’ avec ‘Fresstyle 747’, une introduction incisive qui montre l’évolution depuis le premier opus. A quoi doit-on s’attendre dans ce futur projet ?

J.P. : Je suis vachement satisfait de cette entrée en matière pour lancer le projet. Ce projet sera plus personnel et plus proche de la musique que j’aime faire, que ce soit sur les thèmes ou les prods. Mysta Walker, mon beatmaker s’est occupé du record et du mix. Il y a huit titres qui « survolent » mes 24 ans d’existences. Mon envie d’évoluer dans le rap, ma relation avec ma mère, mes rapports avec mon ex, mon kiff pour la weed, j’aborde vraiment plein de sujets avec une approche différente qui représentent vraiment mon univers. J’espère que ce projet trouvera écho chez le maximum de personnes possibles.

H.F. : Où est-ce qu’on peut te retrouver en live dans les prochain(e)s semaines, mois, années ? 🙂

J.P. : Vous pouvez me retrouver le 15 décembre à la MAC du CROUS pour un showcase organisé par la PAMA de PESSAC et aussi le 2 février au VOID pour l’événement GOLD TRAP, organisé par l’association BE ONE THE VISION. D’autres dates viendront par la suite.

H.F. : On se retrouve bientôt ? 😉

J.P. : Bien sûr, et merci encore d’avoir pris le temps de m’accorder cette interview !
Un gros big up à tous les gars que j’ai connu grâce au rap, à l’asso Be One the Vision et au Black Label Records et Directors.     

                                                                         »

SURVOL, disponible depuis le 30 novembre !

>> https://jackyp.fanlink.to/survol <<

 

Pour retrouver Jacky Parker : 

FB : https://www.facebook.com/thejackyparker
SC  :  www.soundcloud.com/jackyparker
YT : https://www.youtube.com/channel/UCYqsu1Fan9KCE2VOt_F9WxA
I : the_jackyparker


 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :