Rencontre : Nicolas Ly


• Nicolas Ly •

‘Dream Out Loud’, c’est le nouveau single de Nicolas Ly, auteur/compositeur/interprète français originaire de Bordeaux !

 

 

Un clip onirique, un paysage paisible, une poésie dans l’image, … Il ne nous en a pas fallu plus pour avoir envie d’en savoir plus sur Nicolas !

Nous vous invitons donc à le découvrir à travers ses propres mots :

Holl France : Bonjour Nicolas, c’est un plaisir de te rencontrer !
Si tu devais te présenter en quelques mots à quelqu’un qui ne te connaîtrait pas, qu’est-ce que tu dirais ?

        Nicolas LyBonjour, je m’appelle Nicolas, je suis ce qu’on appelle être humain qui vient de la Terre, enfin je crois, et je viens en paix ! [rires] J’ai entre autre une option interne qui consiste à vous faire rêver et voyager à travers la musique , ça vous intéresse ?

H.F : Absolument ! On a même retracé ton parcours, avec Applause [ancien groupe de Nicolas Ly] notamment, est-ce que tu peux nous raconter tout ça en quelques points-clés ?

        N : J’ai fondé en 2007 avec des membres de la mythique ‘Fanfare du Belgistan’, le groupe de rock Applause . Après un EP auto-produit et un titre « Lighthouse » qui avait retenu l’attention de radio Nova en 2010 nous avons traversé une bien belle aventure, sorti 2 albums et joué à travers la France et la Belgique notre Rock/Soul Festive et poétique, ce fut une expérience sublime et intense, et qui a pris fin en 2015, depuis j’écris des chansons en solo, en 2016 j’ai pu rencontré une team formidable pour m’accompagné réaliser ce rêve et cela commence à prendre forme …

Nicolas Ly avec son ancienne formation, Applause.

 

H.F :  Un rêve qui représente ton oeuvre, ton travail, mais à quel point t’investis-tu dans la production de tout ça ? Auteur, compositeur, réalisateur ?   

         N : J’écris et compose une base parole/musique très rudimentaire et lorsque je pense avoir une bonne chanson, nous travaillons en studio pour les arrangements. Mais je travaille aussi avec des musiciens/compositeurs qui m’aident pour les structures, les arrangements, et me proposent des morceaux instrumentaux. Je ne construis pas tout ça tout seul mais le leitmotiv est d’avoir à la fin un titre personnel et moderne en même temps. Pour les vidéos nous discutons beaucoup en amont avec le tandem Lou Orsoni & Elisa Baudoin, qui réalisent, et lorsque nous avons un moodboard solide [assemblage d’image] , ils organisent un shoot. Je m’implique moins dans l’image pour ne pas être trop « submergé» par moi-même. C’est un projet extrêmement personnel mais je tiens à ce que le message passe avant l’ego.

H.F : Pourquoi avoir préféré l’anglais dans l’écriture de tes morceaux ?

         N : J’ai toujours été inspiré par les chanteur/chanteuses anglophones, Nina Simone, Portishead, Lou Reed … ça m’a semblé évident d’essayer de tracer ma route dans cet univers là. J’ai étudié 2 ans la littérature anglaise à Bordeaux je n’avais donc pas trop de difficulté à écrire dans la langue de Shakespeare . L’anglais est une langue très fluide qui permet d’utiliser la voix littéralement comme un instrument « sensible » , le sens des mots est moins important que leur musicalité . Parallèlement j’ai développé des chansons en français , avec lesquels je me bats un peu plus, je suis plus exigeant parce que chaque mot est lourd de sens, l’équilibre parole/musique est plus difficile à trouver, mais c’est passionnant, mon album sera en français et en anglais … 

H.F : Tu cites Nina Simone, Portishead, mais nous on n’a pas pu s’empêcher de penser à Jeff Buckley quand on a écouté ta musique, a-t-on eu tord ? Et d’ailleurs, quelles sont tes principales influences quand tu composes ?

         N : Merci ! Buckley c’est une référence de dingue, et j’en suis très flatté même si j’ai beaucoup de travail pour arriver à une telle maitrise de la voix, une telle harmonie texte/musique, et en plus il était un guitariste divin. Pour les influences j’ai longtemps été littéralement obsédé par Nina Simone et par l’aspect organique de son style, sa reprise de « Don’t Explain » de Billie Holiday a été un déclic et m’a donné envie de composer sérieusement, je me souviens du moment précis où je l’ai découverte en 2000. Je suis fasciné aussi par Portishead pour leur modernité et leur avant-garde sans concession , les textes écorchés de Beth Gibbons me font toujours autant vibrer. Je n’ai pas retrouvé aujourd’hui un tel sentiment de bien être dans ce qui se fait actuellement, je cherche encore, et j’essaie de me satisfaire moi-même, et j’espère donner du plaisir aux autres par là même. Sinon grosse influence de bandes-originales, j’écris même des paroles sur des valses de Morricone, cela m’inspire des grands sentiments et une grande simplicité aussi. 

 

pojeniPortishead (haut), Jeff Buckley (gauche) et Nina Simmone (droite)

 

H.F : On t’a entendu sur des projets avec La Grande Sophie, éléctro pop à la française, ou même avec The Annarbor, un peu plus indie-pop/rock, tu es un peu touche à tout non ? Quel est le style que tu t’accorderai si tu avais à t’en donner un ?

         N : J’aime l’idée de rester totalement polymorphe, de ne pas m’enfermer dans un style, ce serait un horrible piège. Mon style c’est tout les styles et j’aime l’idée d’avoir été invité chez Drucker un dimanche pour parler de mon titre avec la Grande Sophie, et de m’être enfermé la veille au soir en studio à Bruxelles avec les rockeurs de AnnArbor pour enregistrer une chanson qui pue le sexe. [rires] 

H.F : Dreaming Out Loud‘ c’est ton dernier clip, c’est beau, sobre, efficace, et on aimerait bien savoir ce que raconte ce morceau ? Un hymne à la liberté ?

        N : J’aimerais être un imbécile heureux , mais pas de chance je fais partie de ces gens qui traînent une mélancolie derrière eux. C’est une mélancolie lumineuse que je voulais pour ce track… Dans le refrain je compare la mélancolie à la marée changeante, en ce sens qu’ il y a toujours une issue, une sorte de purification. On est pas victime de la mélancolie et il vient toujours un point où la tristesse se transforme en rage de vivre, il faut saisir ce moment délicat pour remonter à la surface. La chanson ‘Dream Out Loud’ exprime cela pour moi. Je l’ai écrite pensant à l’analogie entre les mouvements de l’âme et ceux de la nature , voilà pourquoi la nature, la lumière et l’espace sont au centre du clip. 

 

Nicolas Ly _ photo 2

 

H.F :  C’est quoi l’actu de Nicolas Ly en 2018, dans les prochains jours/semaines/mois

        N :  Nous continuerons à produire mes chansons et clip avec ‘Raisonance’, et irons de sortie en sortie dans l’espoir d’émoustiller encore plus de paires d’oreilles à chaque fois !

H.F : Tu es actuellement à Paris, mais avant ça tu as résidé dans notre belle ville de Bordeaux ! Des bons souvenirs là-bas ? Tu comptes y revenir, pour des concerts par exemple ?

       N : Que de beaux souvenirs, c’était il y a longtemps mais la fac , les fêtes délirante d’étudiants le jeudi soir à la Victoire, les virées surf à Lacanau quand il fait beau, les premiers space cake indigestes, mon premier groupe de dub avec deux frangins … Ce serait génial de pouvoir revenir à Bordeaux jouer mes morceaux tel « l’enfant du pays ». [rires]

H.F :  Merci Nicolas, c’était un plaisir de pouvoir échanger avec toi, ça te dirait de venir faire une session chez nous lors d’un de tes prochains passages sur Bordeaux ?

         N : Mais avec grand plaisir ! Et pour une session chez Holl France ? un rooftop? un piano ? un coucher de soleil ? let’s go !  

                                                                                                                                                                 „

 

Venez retrouver Nicolas Ly ici :

YT : https://www.youtube.com/channel/UCXdScaeaaW1yRQTELUdE31g
FB : https://www.facebook.com/Nicolas-Ly-1631755110388696/

Et venez nous retrouver sur Facebook et Youtube pour ne pas louper les dernières vidéos !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :